Non classé

Article de CyberDéfenseSécurité – Cyberdéfense : la France change de dimension face aux menaces

Posted by on Jan 13, 2017 in Non classé | 0 comments

Par Philippe Guerrier, 11 janvier 2017, 7:58 CyberDéfenseSécurité La France va se doter d’une chaîne de commandement « spécial cyberdéfense ». En 2016, 24 000 attaques informatiques ont été bloquées. Vigilance…cyber-pirate. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian tient à afficher sa détermination à éviter des dérives de pirates informatiques alors que la France se prépare à des échéances électorales cruciales cette année. Des tentatives de déstabilisation par des assauts numériques ont été observées dans le processus électoral en pleine course à la Maison Blanche aux USA (avec la Russie pointée du doigt). Hacktivisme, djihadisme, bataille entre services de renseignements…Le ministère de La Défense et l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) affichent une certaine vigilance au regard des risques d’assauts informatiques et de « cyberdéstabilisation ». Dans une interview accordée au Journal du Dimanche en date du 8 janvier, Jean-Yves Le Drian évalue à 24 000 le nombre d’attaques externes « bloquées par nos dispositifs de sécurité ». Même des tentatives de perturbation de systèmes de drones effectuant des missions pour le compte du ministère de la Défense ont été détectées. Pour sensibiliser les partis et la classe politiques, l’ANSSI avait organisé en octobre une réunion au Parlement en évoquant des « menaces élevées » susceptibles de déstabiliser les prochaines élections (présidentielle, législatives) en exploitant les canaux numériques. Même si l’agence nationale en charge de la sécurité informatique assure ne pas avoir détecté d’indices dans ce sens. Création d’une chaîne de commandement de cyberdéfense Au-delà de cibles dans la société civile (comme celle visant TV5 en 2015), les forces militaires font également l’objet d’attaques qui se multiplient. Dans le JDD, Jean-Yves Le Drian explique que la France est « la première force cyber européenne au côté des Britanniques ». Elle peut servir à protéger mais à frapper aussi. Un nouveau paradigme offensif qui devrait entrer dans le « dispositif doctrinal militaire ». En termes de ressources, la loi de Programmation militaire va permettre de doubler les effectifs liés à la cyberdéfense pour aboutir à 2600 « combattants numériques » d’ici 2019 (en recrutant des cyber-réservistes au nombre de 400 à fin 2016). Et ce,  avec l’appui de la Direction générale de l’armement (DGA). Un effort budgétaire « considérable » de 2 milliards d’euros sur six ans est consenti pour renforcer les remparts de la « cyber-forteresse ». Dont un volet de 440 millions d’euros engagés pour le développement et l’acquisition de nouvelles solutions de cybersécurité sur la période 2014-2019. On change de dimension dans ce domaine avec la création d’un véritable commandement Cybercom, placé sous la responsabilité directe du chef d’état-major des armées. A l’image du modèle américain (United States Cyber Command ou USCYBERCOM). Il reste à institutionnaliser cette « quatrième armée » dans la loi. Ce qui devrait être fait rapidement par voie de décrets et d’arrêtés. Pour en savoir plus, aller...

Read More

Un article de CAPITAL sponsorisé par PWC : Des industries stratégiques pour assurer le succès de la France de demain

Posted by on Jan 13, 2017 in Non classé | 0 comments

©Pixabay Afin de continuer à jouer un rôle majeur dans l’économie mondiale, les entreprises françaises, notamment les PME et les ETI doivent se positionner sur des secteurs industriels stratégiques pour l’avenir. Fintech : software et payment industry Gestion quotidienne des comptes et des actifs financiers, financement des entreprises, moyens de paiement ou transferts d’argents internationaux, le secteur des Fintech est en pleine ébullition à travers le monde. Selon la dernière étude de PwC portant sur les FinTech et intitulée « Blurred Lines : how FinTech is shaping Financial Services », au cours des trois à cinq prochaines années, les investissements mondiaux réalisés dans les FinTech devraient largement dépasser les 150 milliards de dollars. Support e-commerce et m-commerce Chaque année, l’e-commerce et le m-commerce connaissent une croissance particulièrement soutenue. Moteurs importants de cette croissance, les enseignes se sont massivement développées en ligne ; en témoigne le nombre croissant d’enseignes avec un site internet marchand : sur les 100 premières enseignes en France, seulement 56 opéraient un site marchand en 2009 et 66 en 2011 alors qu’ils sont 82 aujourd’hui (étude PwC Total Retail 2016). En effet, la qualité de l’expérience du consommateur doit être optimale à la fois sur ordinateur et sur mobile. Ainsi, de plus en plus de sites évoluent vers la navigation mobile en réalisant des sites entièrement mobile-friendly (confort de navigation et ergonomie) des applications mobiles spécifiques (consultation des produits, achats, codes promotionnels…), des facilités de paiement par mobile ou encore des solutions de live chat (engagement client et humanisation de la relation). Software / Cloud / Big Data / Cybersécurité Le «Cloud Computing » (ou «Informatique dans les Nuages ») représente une alternative à l’exploitation informatique traditionnelle. Stockage, traitement de données, usage de logiciels « déportés », cet écosystème dématérialisé est en perpétuel mouvement. A cette mutation numérique s’ajoutent les Data : des Big Data aux Open Data, ces données privées ou publiques viennent alimenter le paysage informatique dans tous les secteurs, y compris dans l’industrie. Par ailleurs, dans le domaine de la cyber sécurité, secteur en plein développement, la France dispose d’une riche expertise technique et humaine et d’une filière complète (laboratoires de recherche, start-up, PME, grands groupes, centres militaires). La France possède de nombreux atouts dans la lutte contre la cybercriminalité. Au point d’avoir vocation à devenir un modèle et un leader en la matière. L’excellence de ses ingénieurs, le rayonnement planétaire de son école mathématique et statistique, ses champions industriels directement concernés (Thalès, Atos, Orange, Airbus avec Cassidian, Cap Gemini, Gemalto…), son écosystème de Défense et de Renseignement. Selon l’étude « The Global State of Information Security® Survey 2017 » de PwC, en France, les entreprises ont investi en moyenne 3,9 millions d’euros dans la sécurité de leurs systèmes d’information au cours des 12 derniers mois. Autant de points forts pour construire un modèle de référence et une filière économique de classe mondiale. Energies renouvelables (EnR) / Environnement / Clean technologies Les Cleantech (abréviation de clean technology) sont les techniques et les services industriels qui utilisent les ressources naturelles, l’énergie, l’eau, les matières premières dans une perspective d’amélioration importante de l’efficacité et de la productivité. Au sein de ces cleantech, les technologies d’efficacité énergétique visant à réduire la consommation existante des bâtiments et des véhicules sont en fort développement. Des exemples ? L’éolien terrestre, l’éolien maritime, les énergies marines, le biogaz,… Objets connectés et smart city Les entreprises françaises possèdent le potentiel pour devenir des championnes mondiales dans le domaine des objets connectés. Le marché mondial de ces objets devrait exploser dans les années à venir (1900 milliards de dollars dans 6 ans, selon le cabinet Gartner). En France, selon le cabinet Xerfi, ce marché devrait représenter...

Read More

FIC 2017, le forum majeur de la Cybersécurité, principal enjeu du monde 3.0

Posted by on Jan 13, 2017 in Non classé | 0 comments

Read More

Colloque : « Repenser la guerre » avec l’AEGES

Posted by on Nov 30, 2016 in Non classé | 0 comments

Le premier colloque annuel organisé par l’AEGES (l’Association pour les Etudes sur la Guerre et la Stratégie) se tiendra les 14 et 15 décembre. ATTENTION les inscriptions sont obligatoires ! Lieu : CERI/Sciences Po, 56 rue Jacob, Paris 6e. Horaires : Mercredi 14 Décembre : 08h45 à 19h15 Jeudi 15 Décembre : 10h15 à 19h00 En savoir plus :...

Read More

Les millions affluent dans les start-ups de la sécurité

Posted by on Nov 30, 2016 in Non classé | 0 comments

Un article de Serge Leblal- Le monde Informatique Face aux nouvelles menaces en cybersécurité, les start-ups spécialisées multiplient les levées de fonds pour accroitre leur périmètre géographique. Dernier exemple en date, Proficio qui vient de lever 12 millions de dollars. L’année 2016 a inauguré une foule d’investissements dans le domaine de la cybersécurité avec Lire la...

Read More

La deuxième vague de l’opération Data City est lancée

Posted by on Nov 30, 2016 in Non classé | 0 comments

Par Natasa Laporte | 29/11/2016, 8:30 La Tribune Pour en savoir plus : La deuxième édition de l’opération Data City est organisée par l’incubateur de startups NUMA et la Ville de Paris. Le sommet mondial « pour les villes inclusives, innovantes et résilientes » a été l’occasion de donner le coup de départ d’une nouvelle édition du programme d’open innovation mis en place par l’incubateur NUMA en collaboration avec la Mairie de Paris. « La ville est une énorme productrice de données. L’analyse de cette information permet de rendre la ville plus inclusive, résiliente, ouverte et efficace », a déclaré Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris, chargé de l’urbanisation, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité, en amont du lancement officiel de la deuxième édition de l’opération Data City, organisée par l’incubateur de startups NUMA et la Ville de Paris. Un programme d’innovation ouverte qui allie startups et grands groupes dans un travail de recherche de solutions innovantes au service de la ville. « Citoyens expérimentateurs » En clair, Data City est un programme de « coopération avec les grandes entreprises qui sont engagées dans la transformation digitale au service des citoyens. Data City, ce sont également des startups qui coopèrent avec celles-ci et qui ont la volonté d’apporter de la valeur ajoutée à ces services. Et puis, les citoyens, qui sont les expérimentateurs », explique Marie-Vorgan Le Barzic, présidente et cofondatrice de NUMA. « C’est tout Paris qui devient un territoire d’expérimentation pour ces nouveaux services. » Exemple ? « Quand on fait se rencontrer des données de la RATP et de SFR avec celles de la ville de Paris, on envisage tout d’un coup le sujet de la mobilité urbaine de manière totalement différente. Il n’y a aujourd’hui aucun autre endroit où l’on peut croiser ces informations » pour en extraire ce qui peut apporter des réponses au service des citoyens. Neuf startups seront sélectionnées Concrètement, pour cette deuxième édition de Data City, il s’agit de sélectionner neuf startups pour neuf partenaires, qui durant dix mois vont collaborer ensemble afin de trouver des solutions à toute une série de sujets liés à la ville, dans les domaines de la mobilité, du bâtiment intelligent, de la gestion des déchets, de l’énergie et de la logistique. Comment analyser et comprendre les flux de touristes ? Comment informer les habitants du passage des camions-poubelles ? Comment mutualiser et réaménager les espaces dans les bâtiments… sont quelques-uns des challenges définis dans le cadre de cette deuxième vague. Les startups sont d’ores et déjà invitées à postuler et elles ont jusqu’au 8 janvier pour le faire. « Nous cherchons des startups engagées pour la ville de demain, capables de travailler avec des corporate et des grands groupes, des startups basées en France mais aussi à l’étranger », a précisé Edouard Maurel, Innovations Programme Manager chez NUMA. Au-delà de DataCity Paris, NUMA cherche par ailleurs à étendre le programme à l’étranger, « dans une démarche de réplication sur les territoires qui nous semblent qualifiés pour recevoir ce type de dispositif », explique Marie-Vorgan Le Barzic. Après avoir d’ores et déjà démarré à Casablanca, DataCity s’apprête à voir prochainement le jour dans plusieurs autres villes du...

Read More